Les legendes

 

LES legendes 

Présentation sommaire par Lahcène BELAHOUCINE

 

Dans cette dernière partie de notre « Saga Kahla », nous allons évoquer les grandes figures emblématiques de l'USMO.

 

            Compte tenu de la densité des acteurs qui ont servi ce club mythique, nous nous limiterons aux plus marquants dont nous avons assez d'éléments d'informations pour pouvoir tracer leur portrait.

 

            Certains d'entre eux ont fait déjà l'objet de reproduction par notre célèbre portraitiste Adjal Lahouari qui, grâce à sa belle plume narratrice, a su les évoquer fidèlement afin de remémorer leur glorieuse carrière.

            Sans pour autant faire du 'réchauffé', notre journaliste historien se fera un plaisir de les reprendre progressivement afin que Nul n'oublie…

 

            En attendant ces portraits réactualisés par notre ami Adjal, nous rappelons donc les joueurs ayant marqué notablement l'Histoire du plus prestigieux club oranais sous l'ère coloniale, cités par poste et par génération (surtout en période coloniale) :

 

-          Gardiens : Abou Kébir Baghdad le Keeper élégant sans doute l'un des meilleurs en Afrique du Nord, Aroumia Benaouda qui par son seul célèbre cri 'Laisse Barigou' impressionnait ses adversaires.

 

-          Défenseurs : Nafi le grand rempart tant apprécié par ses camarades que craint par ses adversaires, Bencherab le leader emblématique de la bande des pionniers, Bendjahène le plus capés des Usmistes qui était devenu l'inamovible de la Sélection d'Oranie, Lazni le serviteur exilé.

 

-          Milieux : Gnaoui la première 'Perle Noire' ayant traversé plusieurs générations au point de jouer avec ses jeunes cadets, et qui aurait pu facilement garnir les rangs de l'Equipe de France des années 30/40s, Draoua Habib le grand serviteur non sacré par le monde du football algérien et pourtant honoré et remercié dignement par la Médaille du mérite tunisienne, Hamadène la courroie de transition entre jeunes et anciens, Cherraka Bekka et Naïr Larbi deux techniciens  inlassables de la dernière génération Usmiste avant 62, le jeune milieu de la nouvelle génération 70s Medjahed Senouci.

 

-          Attaquants : ceux de la dream team qui ont marqué à jamais l'histoire de l'USMO avec l'infatigable Chengou fidèle malgré les offres alléchantes de la principauté Monégasque, Fnoun le dribleur feu follet difficile à arrêter par les moyens légaux, le grand prodigieux maestro Moussa, le fantaisiste avant centre Soualmia Ghanem qui ridiculisait ses adversaires avec un malin plaisir, et enfin les deux dernières étoiles de l'espoir 71 Baghdad et Tasfaout Hamida.

 

La Drem Team des années 50s

 

 

 



19/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres