LA PERIODE POST INDEPENDANCE: Les faux espoirs des années 70s

 

LA PERIODE POST INDEPENDANCE

La stagnation au bas niveau depuis les faux espoirs des années 70s

Presentation sommaire par Lahcene BELAHOUCINE

 

Au milieu des années 90s, Hadj Mokhtar Boughrassa, avec l'appui du Comité des Sages, s'engagea dans une nouvelle tentative pour redresser la situation difficile dans laquelle le club s'est enfoncé inexorablement.

 

Après avoir laissé les rennes à une autre équipe, notre téméraire dirigeant Hadj Mokhtar revint à nouveau à la direction du club pour maintenir en vie l'USMO en puisant parfois dans ses propres deniers avec pour seul objectif la survie du doyen contre vents et marées.

 

Après un long purgatoire depuis 1976 où l'USMO quitta pour longtemps le haut niveau de l'élite après celui du Top NI, le doyen oranais sous la coupe de Kinane (ex MCO et RCO) rejoignit en 2007 l'Inter Région Ouest devançant les principaux adversaires du Nasr Es Sénia et du Nadi Béthioua. Mais ce ne fut guère pour longtemps avant de quitter cet échelon inter régional.

 

Actuellement l'USMO se bat pour sa survie en Division Régionale 1 de la LRF Oran contre de modestes clubs :

 

-          les proches riverains du Nasr Es Sénia, MB Sidi Chahami, JS Emir Aek, NRB Béthioua, O3A Arzew, IRB Sidi Lakhdar, CRB BenBadis,

-          les Oraniens MCB Hadjadj, CRB El Amria, WAC Terga, CRB Sfisef, CRB Mazouna, IS Tlemcen, CRB Hennaya, ASB Nedroma.

 

Rappelons que la DR1 est le 4ème échelon dans la hiérarchie du football national depuis la Promotion d'Honneur, la DH, la Division Régionale 2 (DR2) avant d'atteindre la Division de l'Inter Région (DIR), la Division 2 et enfin la Division 1 dédiée à l'élite.

                                                                                                                                     

Par ailleurs, notons aussi l'esprit de formation qui continue à se perpétrer dans l'école  dans l'école Usmiste maintenue tant bien que mal avec les faibles moyens disponibles. Et comme les clubs formateurs de la région tels l'ASM ou le RCO, l'USMO reste à la merci des dépouilleurs de talents, à l'instar du jeune Megueni spolié en 2009 par l'ESS sans aucun dédommagement.

 

Quant à l'avenir de l'USMO, le président actuel toujours aussi solitaire malgré lui, mène le navire Usmiste comme un capitaine acharné qui refuse d'abdiquer contre vents et marées.

Mais tiendra-t-il longtemps la barre en solo avant que des investisseurs intéressés ne viennent secourir le doyen en le mettant dans la voie des eaux claires, celle du Professionnalisme pour  enfin redorer les blasons ternis de notre doyenne « Kahla » ?

 

C'est tout le mal que nous souhaitons vivement à ce club mythique tout en mettant au placard cette adage populaire qui déclare : « On achève bien les mythes ! »  

 

 

USM Oran des 80s

 

 

 



18/02/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres